Imaginer et créer les lieux d’un roman

Les lieux d’un roman sont aussi importants que les personnages. Car ils sont chargés d’histoire. Ce passé peut influencer les gens qui y vivent et aussi modeler le paysage. Aujourd’hui, je me suis attaquée à la commune de naissance de, l’héroïne, qui est aussi un des lieux principaux de l’intrigue du roman : Les Lucs-sur-Issoire.

Fiche lieu : Les Lucs-sur-Issoire

Où se situe ce lieu ?

Pays : France
Région : Pays de la Loire
Département : Vendée
Paysage : bocage vendéen
Sources d’inspirations : Ce lieu est fictif. Mais, il s’inspire de deux communes réelles Les Lucs-sur-Boulogne et St Sulpice le Verdon.

Faits marquants de ce lieu du roman

La vierge qui sauve

L’histoire de cette commune a été marqué par les Guerres de Vendée. Il est utile de le noter dans la description de la fiche lieu. car ces informations pourront servir à la rédaction du roman, pour les dialogues ou l’intrigue. Lors d’un raid des colonnes infernales, une dizaine de personnes furent rassemblées dans la chapelle de Notre Dame du Luc. Les soldats républicains ont refermé les portes sur une troupe de personnages âgées, enfants et femmes. Ils ont mit le feu au bâtiment et l’on bombardé à coup de canon, espérant faire périr les familles des insurgés vendéens à l’intérieur. Ils partirent laissant derrière eux un tas de ruines fumantes. Mais un miracle survint. Lorsque les vendéens vinrent sur les lieux quelques jours plus tard, ils retrouvèrent au milieu des ruines carbonisées de la petite chapelle, la statue en bois de Notre Dame du Luc intacte.

Ostensoir, guerres de Vendée
Ostensoir en carton du prêtre clandestin pendant les guerres de Vendée, exposé au mémorial des Lucs-sur-Boulogne, Vendée

Mais aucune traces de leurs proches. C’est au moment où ils allaient se lamenter sur cette tragédie, qu’ils entendirent des pas et des voix, dans les sentiers tout proche. La dizaine de personnes, qui avait été enfermée dans la chapelle, était bien en vie. Ces miraculés témoignèrent, qu’ils furent sauvés par la Sainte Vierge, qui leur indiqua une issue secrète pour s’enfuir dans les bois.

Cultes païens celtes et romains

La commune fut fondée vraisemblablement par les celtes pictons bien avant l’invasion romaine. Son nom est dérivé du latin Lucus, bois sacré. Les légendes racontent que les druides y avaient établis un lieu de culte, sur la colline qui domine la rivière l’Issoire, à proximité d’un lac entouré de bois. Les gallo-romains reprirent ce lieu pour y établir leur pratique cultuel et un lucus. C’est à dire un lieu dont l’aménagement était proche de celui d’un parc boisé. On y trouvait un aedes, sorte de petit temple où se tenait des rituels, abritant l’image d’un dieu ou d’autres esprits des lieux. Il semblerait que la chapelle chrétienne catholique de Notre Dame du Luc ait été construite sur ses ruines.


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)