Le plantain lancéolé, plante sauvage médicinale et comestible

Le Plantain lancéolé était une des mauvaises herbes du jardin de mes parents, dont nous ignorions les vertus. Je dis « mauvaises herbes », pourtant ce qualificatif ne convient pas du tout. Car le plantain a de nombreuses vertus médicinales. Il est de plus assez facile à identifier pour une débutante comme moi. Enfin, il est aussi comestible. Nous pouvons l’ajouter à la liste des plantes sauvages utilisables en cuisine.

Le plantain, élément de la flore vendéenne

Aujourd’hui encore, j’en trouve plein autour de la maison, sur les chemins de terre, dans les champs, sur les terrains en friche, les interstices d’un dallage de pierres ou les bords de route. Il y a deux ans, j’ai commencé un herbier avec mon fils pour le sensibiliser à la protection de l’environnement. C’est une des premières plantes, qu’on a collé entre ses pages. C’est pourquoi j’ai décidé de faire des recherches à son sujet pour mieux le connaitre. C’est aussi l’occasion de découvrir ce qui compose la flore locale vendéenne, les usages oubliés à son sujet et de partager ces informations avec le plus grand nombre.

Plantain lancéolé, photo source Pixabay partagée par WikimediaImages

Les vertus médicinales du plantain lancéolé

Il mesure entre 15 et 50 cm. Ses feuilles sont en forme de fer de lance (lancéolées) et disposées en rosette basale. Ses fleurs sont à dominante de blanc et on peut les voir de mai à novembre. Ils existent d’autres types de plantain comme le Grand plantain (plantago major), le Plantain moyen (plantago media) et les plantains d’eau. Le grand, le moyen et le lancéolé ont des vertus médicinales identiques. Le plantain en usage externe est apaisant, cicatrisant et astringent. Il est intéressant pour soulager les brûlures ou les piqûres d’insectes, soigner les plaies et resserrer les tissus. Dans ce cas, il faut utiliser la plante fraîche. Il est aussi reconnu en voie interne pour traiter les infections et les inflammations des voies respiratoires, ainsi que des muqueuses de la bouche et du pharynx. C’est l’ingrédient de plusieurs préparations d’herboristerie expectorantes et antitussives.

Plante sauvage comestible

Cette plante est comestible cru ou cuite. On évitera par contre d’utiliser le plantain moyen, plus dur et plus amer, donc moins intéressant gustativement à cuisiner. D’après mes recherches (j’ai pas encore testé), il est possible de manger les jeunes feuilles et les boutons floraux du plantain lancéolé et du grand plantain en salade, au début du printemps. Plus tard, les vieilles feuilles plus coriaces sont à consommer cuites comme des épinards ou en potage. Sous cette forme, son goût se rapprocherait de celui des champignons.

Mieux connaître la nature, pour la protéger

La nature nous offre à portée de main des trésors, que nous ne soupçonnons pas. Le plantain lancéolé en est un bel exemple. A mon sens, apprendre à connaître nos plantes sauvages locales est un des aspects de l’art de vivre en écocitoyen. C’est une façon de se réapproprier des connaissances anciennes parfois perdues et de mieux saisir l’importance de préserver cet environnement.

Sources et informations complémentaires voir :
– Fiche plantain sur passeportsante.net
– Marie-Antoinette MULOT , les secrets d’une herboriste


Pose tes questions ou laisse un commentaire.

(Les commentaires sont lus avant validation.)